Au nom de l’Association Les Hauts de l’Auxois

  • Statuts adoptés par assemblée constitutive du 12 novembre 2011, siège 8 rue du Château à 89420 Vassy, déclaration du 21 novembre 2011 publiée au JO du 21 janvier 2012, rubrique des Associations, 89 – Yonne n°1579 ; Statuts amendés par assemblée générale extraordinaire du 19 avril 2014, siège transféré à La Ferme du Bois, Epoissotte, 21460 Epoisses, président M. Edouard de Vienne, nommé par délibération du conseil d’administration du 10 mai 2014 pour la durée de son mandat d’administrateur renouvelé par assemblée générale ordinaire du 14 avril 2014 pour une durée de trois ans
  • Objet : Protéger l’environnement de la Terre Plaine de l’Yonne et de la Plaine d’Epoisses en Côte d’Or, spécialement contre l’implantation de parcs éoliens industriels
  • Territoire concerné : 25 communes dans la Côte d’Or et 25 dans l’Yonne dont Cussy, Ste Magnance et communes environnantes

Contre la demande d’autorisation d’exploiter déposée par Enertrag

  • Parc éolien de Terre Plaine
  • de 2,5 MW, mât 100m, pales 50m
  • 5 sur Cussy-les-Forges, 1 sur Ste Magnance
  • Durée : 25 ans renouvelable

 

1er Grief : Le projet empiète largement sur St André-en-Terre Plaine

  • François Patriat, président de la Région Bourgogne, avait pris publiquement et à maintes reprises l’engagement qu’aucune éolienne ne serait implantée sur le territoire d’une commune qui aurait délibéré contre ; cet engagement est détourné dans l’esprit et dans les faits
  • La route de St André à Presle sert de voie d’accès aux éoliennes 1 et 2 et sera élargie dans sa traversée de la commune de St André
  • Des plateformes de manœuvre et des voies d’accès sont implantées sur St André
  • Les pales survolent St André
  • Tous les périmètres de risques surplombent St André

 

2ème Grief : Les périmètres de sécurité ne sont pas respectés

  • Les périmètres de chute des mâts 5 et 6 (150 m) se chevauchent
  • Les périmètres de projection de glace (300m) se chevauchent et traversent la N6 sur 600m
  • Les périmètres de projection de pales (600m) se chevauchent et traversent la N6 sur 2,5 km
  • Enertrag reconnaît qu’il en résulte « une situation de dangers projection de pales ou fragments et ruine de l’éolienne », à quoi s’ajoute le danger de projection de glace
  • La proximité excessive des mâts avec la N6, principal axe routier traversant la Terre Plaine avec un trafic moyen de 3 600 véhicule/jour à voie unique dans les deux sens constitue une perturbation dangereuse pour les conducteurs
  • Les estimations de risque croisé, cumulé et d’effet domino devraient a minima conclure à la prise en compte de la totalité du parc et donc multiplier par 6 le risque unitaire de l’éolienne

 

3ème Grief : L’impact visuel est manipulé

  • Toutes les vues sont réduites à quelques « points statiques » selon la théorie des cônes de vision
  • La plupart des vues ouvertes proches et moyennes sont écartées par la théorie des écrans et des filtres et autres masques : plis de terrain, habitations, arbres
  • Toutes les vues moyennes et longues à partir de 5km sont réputées « négligeables »
  • Ces photomontages ne sont pas représentatifs de la réalité du paysage qui forme un environnement unique dans lequel les gens se déplacent hors des cônes, des écrans et des filtres arbitrairement choisis par l’Etude d’impact d’Enertrag
  • La réalité est que ce parc éolien aura une visibilité écrasante dans ce territoire de plaine ; du reste Enertrag ne le nie pas mais prétend s’être efforcé de « optimiser » cet impact, sans amélioration significative

 

4ème Grief : Le patrimoine est déconsidéré

  • Tous les monuments historiques, musées, sites naturels, panoramas remarquables, dans un rayon de 10 km sont prétendus non impactés ou de façon négligeable
  • Soit plus d’une trentaine de richesses touristiques : Ste Magnance (2), Savigny-en-Terre Plaine (1), Vignes (1), Talcy (1),Montréal (4), Montjalin (2), Thizy (2), Villarnoux (1), Pisy (1), Epoisses (1), Guillon (2), Cisery (1), Rouvray (2), Sincey-les-Rouvray (1), Vieux-Château (1), St Leger-Vauban (2), Sauvigny-le-Bois (1), Prieuré St Jean (1), Avallon (3)

 

5ème Grief : Montréal est disqualifié

  • L’Etude d’impact d’Enertrag reconnaît que le parc éolien sera en pleine vue à l’ouest comme au sud du village et en bas du village sur ses accès
  • Montréal situé à 8km du parc éolien est classé « site emblématique de Bourgogne » par le SRE avec un périmètre de protection de 10km 
  • Cependant l’inconvénient pour Montréal est réputé « négligeable »
  • Les photomontages présentés par l’Etude d’Enertrag sous-estiment l’impact réel sur ce village médiéval dont le sens est d’être perché sur la plus grande hauteur, si la plaine en-dessous est barrée par des éoliennes
  • Le tourisme est menacé dans un rayon de 10km ; or Montréal est le lieu touristique le plus fréquenté de cet environnement ; c’est un village dynamique dont les trois associations (Montréal en Lumière, Amis de la Collégiale, Amis de Montréal) organisent chaque année des spectacles vivants : fête médiévale, concerts, etc.

 

6ème Grief : Lieux de vie

  • L’étude d’impact d’Enertrag ne reconnaît un impact que sur les 5 villages et hameau immédiatement proches : Cussy et Presles, Ste Magnance, St André et Brécy
  • Un impact limité « sur les franges tournées vers le parc » à Villeneuve, Toucheboeuf, Sauvigny-le-Beuréal et Savigny-en-Terre Plaine
  • L’aménagement proposé de l’entrée de Ste Magnance, trompeusement qualifié de « paysagé », ne compense en rien l’impact sur les lieux de vie de ces 9 villages
  • Les lieux de vie ne sont d’ailleurs pas seulement statiques comme l’envisage l’étude d’impact ; ils incluent les transports qui sont vitaux et répétitifs à la campagne, conduite des enfants à l’école, trajets au lieu de travail et aux commerces, en toute saison, notamment de nuit l’hiver
  • L’Etude d’impact ne rend aucun compte des trajets ni de la nuisance de nuit et notamment durant l’hiver où la nuit tombe tôt

 

 7ème grief : Faune et Flore

  • La Terre Plaine de l’Yonne n’est pas un vaste plateau vide, mais une petite poche de terre arable bordée à l’ouest et au sud par le piémont du Morvan classé Parc régional naturel, au nord par les collines que traversent le Serein, à l’ouest par les gorges granitiques du Serein
  • Le parc éolien est implanté sur une plaine entourée de zones denses de bio diversité, bois, bocage, rivières, rus, étangs, marais et prés inondables
  • La carte montre plus d’une trentaine de zones classées ZNIEFF sèches et aquatiques dans un rayon de 10km ; certaines commencent dès le périmètre des 600m autour du parc ; elles vont croissantes sur les périmètres de 3km et 10km
  • Ce parc est une barrière de plus au transit de la faune, des espèces protégées, qui s’ajoute au TGV et A6

 

Oiseaux

  • Deux espèces protégées sont attestées et directement menacée de disparition si ce projet est autorisé : milan noir et pie-grièche écorcheur

 

Amphibiens et reptiles

  • Les espèces observées sont menacées de destruction et présentent un intérêt patrimonial relativement fort, au niveau national et plus fort au niveau régional

 

Chiroptères

  • Toutes les espèces de chiroptères sont protégées ; les éoliennes sont mortelles pour les chiroptères
  • Comme les hirondelles insectivores, les chauve-souris se raréfient au point de disparaître, en raison de la destruction de leur habitat et de leur nourriture par les insecticides agricoles 
  • Or l’implantation de ce parc éolien dans cette poche de Terre Plaine où se pratique la culture céréalière intensive est particulièrement malvenue
  • L’Etude d’impact relève en effet que le périmètre des 500m autour du parc éolien est « un territoire favorable aux chauves-souris : diversité des zones de chasse en périphérie nécessaire à l’expression des populations, grand nombre de gîtes de reproduction, habitats variés, une dizaine d’espèces dont certaines rares»

 

Recensement

  • Le recensement des chiroptères en période de parturition (117), de transit printanier (49) et automnal (65) montre une présence en soi significative
  • Il est précisé que « les individus recensés ne reflètent qu’une faible proportion des effectifs présents »
  • Dans ces effectifs figurent des espèces particulièrement rares sont attestées : 3 espèces de Murins, 2 espèces de Noctules, 1 espèce d’Oreillard
  • « Les populations les plus importantes de Ragny, St André, Chevannes, Cussy et Ste Magnance chassent et s’entrecroisent en traversant le parc éolien de Cussy » où elles sont en danger

 

Destruction des haies champêtres

  • Les haies champêtres sont un territoire de nourriture et de chasse pour les oiseaux et les chauves-souris
  • Enertrag préconise de détruire toutes les haies vives dans un périmètre de 200m autour du parc afin de ne pas attirer les oiseaux et les chiroptères
  • Ils prétendent reconstituer plus loin un linéaire équivalent, mais c’est inacceptable et de toute façon inefficace car les oiseaux et les chiroptères voleront volontiers 200m de plus pour trouver leur nourriture

 

Conclusion

A tous égards de sécurité, de protection de l’environnement naturel et culturel, et des lieux de vie, le projet de Terre Plaine d’Enertrag, localisé à grand renfort d’artifices sur une bande de terre trop étroite le long de la N6, et dans une poche de plaine encerclée d’un tissu de zones protégées à proximité de 2km à 10 km, a un impact trop prégnant sur le paysage, les lieux de vie, la faune et la flore pour qu’il soit satisfait à la demande d’autorisation d’exploiter.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire enquêteur, nos sentiments distingués,

 

Epoisses, samedi 20 février 2016, remis à même date en Mairie de Cussy-les-Forges

 

Le président Edouard de Vienne